Qu’est-ce que le jeu d’histoire ?

Le jeu d’histoire, appelé “wargame” dans les pays anglo-saxons, s’amuse à reconstituer les affrontements du passé, soit avec des pions sur une carte imprimée d’hexagones, soit avec des figurines sur un terrain reproduit avec ses décors. Cette dernière solution est la plus populaire aujourd’hui car la plus visuelle et la plus ludique. C’est celle que le club de l’Aigle privilégie.

Le jeu d’histoire est d’abord un jeu ! Il s’agit de s’amuser et de se faire plaisir, tant par le spectacle des figurines et des décors, que par le défi à relever face à son adversaire et la satisfaction de maîtriser les règles et la situation, le tout dans une ambiance conviviale.

Le jeu d’histoire couvre toutes les périodes de l’histoire, de la plus haute antiquité jusqu’aux conflits contemporains. Les périodes les plus jouées au club sont toutefois l’antiquité, le Moyen Age, l’époque napoléonienne et la deuxième guerre mondiale.

L’échelle de jeu est très variable : une figurine peut représenter un seul homme (dans les jeux dit d’escarmouche) ou plusieurs centaines, tout dépend de la règle de jeu adoptée. La quantité de figurines disponible sur le marché est telle qu’il est à peu près possible de couvrir (en métal ou en plastique) n’importe quelle période, n’importe quel type de soldat et n’importe quel matériel.

Le jeu d’histoire n’est pas forcément complexe. Beaucoup de règles peuvent être apprises et maîtrisées suffisamment en moins d’une heure. Les principes de jeu étant souvent les mêmes, il est assez facile de passer d’une règle de jeu à une autre. Le club est bien sûr prêt à assurer des parties de démonstration ou initiation.

Le jeu d’histoire n’est pas forcément cher. Beaucoup de règles sont gratuites et l’achat d’une armée pour débuter (en plastique) revient souvent à moins de 20 euros. Le club de l’Aigle et ses différents membres ont tellement de figurines que les débutants peuvent tout tester en se faisant prêter du matériel.

Le jeu d’histoire ne se limite pas à la partie opposant deux adversaires, car il faudra peindre les figurines, en respectant les connaissances historiques sur la période. Beaucoup de joueurs se documentent sur leur époque de prédilection et deviennent de vrais connaisseurs ! Le jeu est un autre moyen de découvrir l’histoire.

Et surtout le jeu d’histoire ne glorifie ni la violence, ni la guerre. Les parties sont amicales, respectueuses et les joueurs sont souvent les mieux placés pour connaître les ravages de tous les conflits. Leur but est d’abord et avant tout de jouer et de manipuler des figurines pour comprendre l’histoire.

Le jeu d’histoire a également une histoire. Les premières figurines en plomb apparaissent à la fin du Moyen Age et les premiers utilisateurs sont les enfants des familles princières pour reconnaître les unités militaires de leur royaume.

Au 19° siècle, ces figurines sont utilisées dans des “kriegspiel” (jeu de guerre) par les officiers prussiens, au point qu’on attribue à cette pratique une part de responsabilité dans leur supériorité sur les champs de bataille au cours du siècle. C’est également au 19° siècle que le soldat de plomb devient un jouet (dont les principaux producteurs sont comme par hasard allemands et français), pour finalement devenir un objet de collection au 20e siècle.

La première règle de jeu attestée a été rédigée par l’auteur de science-fiction anglais H.G. Wells (La Guerre des Mondes, L’Homme Invisible …) dans l’entre-deux-guerres. Mais l’essor commercial du jeu d’histoire ne date que de la deuxième moitié du 20e siècle, avec le développement du temps libre et du niveau de vie.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :